Assemblage

Back

L'assemblage

De nombreuses techniques d’assemblage ont été développées spécialement pour le métal prélaqué. Certaines s’inspirent de méthodes traditionnelles, d’autres sont plus innovantes.

Les principales techniques utilisées sont:

  • Mécanique
  • "Intégrale"
  • Adhésive
  • Soudage

Assemblage mécanique

Comme pour le métal non revêtu, on peut utiliser des fixations mécaniques telles que les vis, boulons, ou rivets. Les vis sont souvent utilisées lorsque la pièce métallique est susceptible d’être enlevée ultérieurement, comme le fond d’une machine à laver ou d’un lecteur DVD. Le rivetage est une forme courante d’assemblage y compris le rivetage aveugle, et de plus en plus, l’auto-rivetage. Ce dernier s’adapte particulièrement bien au métal prélaqué, car il évite à la surface d’être endommagée pendant les opérations de forage.


Assemblage « intégral »

Les techniques telles que le clinchage et sertissage sont souvent utilisées pour l’assemblage du métal prélaqué. Le clinchage permet un assemblage sans apport de matière et de matériaux de nature très différente. Il est aisément automatisable.

Les différents types de sertissage, simples ou doubles, sont très économiques pour les grandes séries mais sont limités à des géométries simples.


Le collage

Le collage est une technique parfaitement appropriée au prélaqué car ce produit est intrinsèquement propre et assure un excellent mouillage des adhésifs.

Du point de vue de la conception des joints collés, on procédera classiquement par recouvrement. Les sollicitations de cisaillement, traction et compression seront privilégiées et celles de pelage et de clivage, évitées. La gamme des produits réalisables sur les lignes de laquage comporte des métaux préencollés, thermiquement réactivables.


Le soudage

Le soudage traditionnel ne peut généralement pas être utilisé pour le métal prélaqué, et ce pour 3 raisons. Premièrement, le revêtement n’est pas assez conductif pour le soudage par résistance ; ensuite, le laquage autour de la soudure peut être endommagé par la chaleur ; enfin, le laquage peut affaiblir la soudure. Toutefois, il existe des exceptions, et certaines techniques de soudage s’utilisent fréquemment.

Le soudage par résistance peut être utlilisé avec certains types de métaux prélaqués dits « soudables ». Les revêtements utilisés pour ces produits sont conçus pour avoir une conductivité électrique adaptée au soudage par résistance. Il s’agit souvent de couches primaires, sur lesquelles sera appliquée une couche de finition.

Le soudage à l’arc n’est généralement pas utilisé, car la température trop élevée détruit le laquage. Quand on l’utilise, un décapage mécanique préalable de la zone à souder est préférable. Une meilleure alternative sera le soudage au laser, car la zone endommagée par la chaleur ne dépasse pas quelques millimètres autour du cordon.

Soudage des goujons : différents procédés permettent le soudage de goujons sur le métal prélaqué. Moyennant un réglage optimal des différents paramètres de soudage, et en l’utilisant au verso de la feuille de métal, le métal prélaqué conservera un aspect parfait. 

Toutes les images sur cette page vous sont proposées par Corus.